Retour

Parler peut sauver

News deux-jeunes-femmes-embrassant-le-coucher-de-soleil-en-arrière-plan
01.06.2017
La campagne se poursuit avec des témoignages de personnes ayant survécu à une tentative de suicide. Lancée en septembre 2016 par les CFF et le Canton de Zurich, soutenue par Tél 143 et d’autres partenaires, cette campagne souhaite donner du courage et de l’espoir à d’autres personnes.

Un fort tabou pèse sur la question du suicide. Les personnes vivant une crise de vie ont souvent du mal à demander de l’aide à temps et à parler de ce qui leur arrive. Les membres de la famille, les amis et les collègues ne savent souvent pas non plus s’il est approprié de soulever la question des pensées suicidaires, ni comment faire. Or, parler à temps des crises de vie et des pensées suicidaires peut sauver des vies.

Les discussions soulagent et permettent de demander de l’aide. C’est ce que démontrent, de manière éclatante, trois clips filmés de la campagne «Parler peut sauver des vies»: Momo Christen, Daniel Göring et Philipp Zürcher ont survécu à une tentative de suicide. Ils racontent leur histoire pour redonner du courage et de l’espoir à d’autres gens. Luki Frieden, metteur en scène, a vécu dans sa sphère privée ce que signifient les crises pouvant mener au suicide. C’est grâce à son engagement personnel et à l’esprit d’ouverture des trois personnes venues témoigner qu’il a été possible de réaliser ces trois clips très émouvants.

La campagne nationale de prévention «Parler peut sauver des vies» a été lancée en septembre 2016 par les CFF et le service de prévention et de promotion de la santé du canton de Zurich, sur mandat de la direction de la santé publique. Elle bénéficie du soutien de La Main Tendue, de la Fédération Suisse des Psychologues FSP, du Syndicat du personnel des transports SEV et du BLS. Chaque jour, le numéro de téléphone 143 reçoit et traite plus de 400 appels, et les pensées suicidaires y sont aussi présentes.